Le microsatellite français DEMETER a été lancé le 29 juin 2004 par un lanceur DNEPR depuis Baïkonour (Kazakhstan) Le 29 juin 2004

, par  Asie-centrale.com , popularité : 17%

Le microsatellite français DEMETER est destiné à étudier les relations entre les mouvements de l’écorce terrestre et les perturbations électriques et magnétiques dans la haute atmosphère. Il semble en effet que l’intensité des ondes électromagnétiques augmente quelques heures avant certains phénomènes naturels comme les séismes, les éruptions volcaniques ou les raz-de-marée.

Le satellite devrait étudier les variations de l’environnement électromagnétique liées aux activités humaines. Il donnera également des informations sur les caractéristiques environnementales à l’altitude à laquelle il se trouvera (715 km) et permettra de tester certaines technologies.

DEMETER (Detection of Electro-Magnetic Emissions Transmitted from Earthquake Regions) est le premier projet de la filière micro-satellite du CNES.

La mission scientifique a pour but :

- d’étudier les perturbations ionosphériques en relation avec l’activité séismique,
- d’étudier les perturbations ionosphériques en relation avec l’activité humaine,
- d’étudier les effets pré- et post-séismiques dans l’ionosphère,
- d’apporter une contribution à la compréhension des mécanismes de génération de ces perturbations,
- de donner une information globale sur l’environnement électromagnétique de la Terre à l’altitude du satellite.

Le satellite sera placé sur une orbite circulaire quasi héliosynchrone (inclinaison de 98,23°) à 715 Km, avec un nœud ascendant à 22h15.

L’expérience de mesure du champ utilise des capteurs magnétiques et électriques à larges gammes de fréquence pouvant fonctionner à une cadence d’échantillonnage élevée. Ceci permettra d’enregistrer la forme d’onde des signaux électromagnétiques observés dans l’ionosphère et d’en déterminer la distribution en fréquence.

L’originalité de DEMETER par rapport aux autres missions d’études de l’environnement radioélectrique terrestre est la détection et la caractérisation des phénomènes électromagnétiques transitoires Très Basses Fréquences (TBF). Pour cela, l’instrument utilise un système de traitement par réseau de neurones

La charge utile fonctionnera selon deux modes principaux :

- Mode « Survey » ou « Surveillance »

En plus des paramètres analogiques de contrôle, des données scientifiques moyennées et/ou réduites sont générées. Des traitements de bord sont appliqués pour réduire le flot à transmettre dans la mémoire de masse (MdM) ; le débit des données transférées est de l’ordre de 25 kbits / seconde.

- Mode « Burst » ou « Evénement »

Les données scientifiques acquises sont transmises avec peu ou pas de traitements. Ce mode à haut débit est activé principalement au-dessus des zones sismiques ; le débit maximal de l’ordre de 1.7 Mbits / seconde.

Caractéristiques des paramètres mesurés par les différentes expériences à bord de DEMETER

<TR><TD>
<TR>
 Gamme de Fréquence, B </TD> </TD>10 Hz - 18 kHz</TD></TR> <TR> Gamme de Fréquence, E </TD> </TD>DC - 3 MHz</TD></TR> <TR> Sensibilité B :</TD> </TD>1 10<SUP>-5</SUP> nT Hz<SUP>-1/2</SUP> at 1 kHz</TD></TR> <TR> Sensibilité E :</TD> </TD>0.2 V Hz<SUP>-1/2</SUP> at 500 kHz</TD></TR> <TR> Particules : electrons</TD> </TD>30 keV - 10 MeV</TD></TR> <TR> Densité Ionique :</TD> </TD>5 10<SUP>2</SUP> - 5 10<SUP>6</SUP> ions/cm<SUP>3</SUP></TD></TR> <TR> Temperature Ionique :</TD> </TD>1000 K - 5000 K</TD></TR> <TR> Composition Ionique :</TD> </TD>H<SUP>+</SUP>, He<SUP>+</SUP>, O<SUP>+</SUP>, NO<SUP>+</SUP></TD></TR> <TR> Densité Electronique :</TD> </TD>10<SUP>2</SUP> - 5 10<SUP>6</SUP> cm-3</TD></TR> <TR> Temperature Electronique :</TD> </TD>500 K - 3000 K</TD></TR> </TABLE> </TD></TR> </TABLE>