Asie centrale

Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan

Djamboul

par | 2/01/2011

Djamboul est situé dans le Kazakhstan méridional, à l’ouest d’Almaty, à proximité de la frontière kirghize, sur la rive gauche de la rivière Talas. On y vient par avion d’Almaty (490 km, 1 h 30 de vol).

Connue depuis le Vème siècle sous le nom de Taraz (Balance), la ville était une de ces cités marchandes échelonnées le long de la « Route de la Soie ». Capitale des Karakhanides aux XI-XIIème siècles, Taraz fut rasé au XIIIème siècle par les hordes de Gengis khan. « Ils ont dispersé Taraz aux quatre vents, écrivait un chroniqueur de l’époque, torturé les habitants, emporté ce qui pouvait l’être et brûlé tout le reste ».

Le sable recouvrit les ruines et l’on oublia jusqu’au nom de la ville, et lorsqu’au XVIIIème siècle une nouvelle localité apparut à cet endroit où affluaient les marchands d’Asie centrale, de Sibérie occidentale et du Kazakhstan pour la grande foire annuelle, on l’appela Aoulié-Ata. Au XIXème et au début du XXème siècle, c’était une petite ville de province avec pour tout patrimoine une brasserie, une usine de lavage pour laines et une école.

A l’époque soviétique, la ville prit le nom de Djamboul, en l’honneur du célèbre chanteur kazakh Djamboul Djabaïev (1846-1945) qui en est originaire. Aujourd’hui sa population dépasse les 260.000 habitants. 
Les fouilles commencées en 1938 ont apporté la preuve que Djamboul est bien situé à l’emplacement de l’ancien Taraz.

C’est encore là que se trouvait la citadelle dont on peut voir les vestiges à différents endroits de la rue. Le centre de la citadelle correspondait à l’actuelle place Djamboul où, en 1973, les travaux de terrassement du nouveau marché mirent au jour les restes d’un édifice unique: des bains municipaux datant du Xème siècle. On découvrit aussi des conduits, des céramiques et des pièces de monnaie. Sur la Place Djamboul se trouve le marché municipal et se dresse la statue du poète.

Les trouvailles archéologiques ont été rassemblées au Musée d’histoire régionale qui possède 13.000 pièces d’exposition retraçant l’histoire de Taraz. Dans l’enceinte du musée subsistent des vestiges de l’époque médiévale: le mausolée de Kara-khan qui surmonte la tombe de l’un des Karakhanides, les anciens seigneurs de Taraz, le mausolée du gouverneur mongol, une galerie de sculptures de pierre, la seule du Kazakhstan.

On peut voir dans les environs de Djamboul une multitude de vieux forts, châteaux, mausolées, vestiges d’un passé prestigieux.

On remarquera plus particulièrement le mausolée de Babadja-khatoun (X-XIème siècles) et celui d’Aicha-Bibi (XI-XIIème siècles).

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merv

Merv

La ville de Merv, capitale des Seidjoukides aux XI-XIIème siècle, époque de son épanouissement, était connue déjà au milieu du premier millénaire avant notre ère. L'oasis était une étroite bande de verdure étirée le long du Mourgab, un fleuve qui se perd dans les...

Infection pulmonaire – Coronavirus Covid-19

Infection pulmonaire – Coronavirus Covid-19

Le 11 mars, l’Organisation Mondiale de la Santé a qualifié de « pandémie » l’épidémie de coronavirus Covid-19. A ce jour, plusieurs centaines de milliers de cas ont été confirmés partout dans le monde (liste des pays concernés sur le site du Centre européen de...

Ballet National de L’Opéra Abaï du Kazakhstan

Ballet National de L’Opéra Abaï du Kazakhstan

Pour la première fois de son histoire, le fameux Théâtre Kazakh Académique d’Etat d’Opéra et de Ballet Abaï, établi à Almaty depuis 1932, présentera son corps de ballet en France avec ses 38 danseurs.

Fête ancestrale du Naouryz – Exposition de photos « Mon Kazakhstan »

Fête ancestrale du Naouryz – Exposition de photos « Mon Kazakhstan »

L’ambassadeur du Kazakhstan en France, Jean Galiyev, et le maire du premier arrondissement de Paris, Jean-François Legaret, ainsi que des représentants du corps diplomatique étranger, des personnalités culturelles, des journalistes, des résidents et des invités de la capitale ont assisté à la cérémonie d’ouverture de l’exposition.