Asie-centrale.com
Accueil > Actualités > Politique > Le Kirghizstan célèbre l’indépendance sur fond d’inquiétude pour (...)



Le Kirghizstan célèbre l’indépendance sur fond d’inquiétude pour l’avenir

Le Kirghizstan a célébré mercredi sans enthousiasme le 20e anniversaire de son indépendance de l’URSS sur fond d’inquiétude à deux mois de la présidentielle dans ce pays d’Asie centrale en proie ces dernières années à des soulèvements et des violences interethniques.

A la chute de l’Union soviétique en 1991, « nous avons choisi la liberté et l’indépendance et prouvé que nous étions une nation indépendante, prête à préserver sa culture et ses traditions », a déclaré la présidente Roza Otounbaïeva.

« Maintenant, nous faisons face à un nouveau défi : l’élection présidentielle cet automne, où nous devons faire le bon choix pour la prospérité de la nation », a-t-elle ajouté lors de l’inauguration d’une statue à l’effigie d’un personnage de la mythologie kirghize, Manas, au centre de la capitale Bichkek.

Le Kirghizstan a célébré l’indépendance avec des feux d’artifices, une série de concerts et une parade militaire digne de l’époque soviétique.
Mais certains habitants et médias se sont montrés critiques aussi bien sur le passé que l’avenir de ce pays qui connu deux révolutions en cinq ans (mars 2005, avril 2010) et des violences interethniques (juin 2010).

En 20 années d’indépendance, « nous n’avons accompli rien d’important dont nous puissions être fiers », estime le journal indépendant Alibi.

Mayram Kasymova, une habitante de Bichkek âgée de 74 ans, se dit elle « très inquiète pour l’avenir ».

« Nos hommes politiques continuent de se disputer. Quand allons-nous connaître enfin la stabilité dans notre pays ? Je ne le verrai probablement pas mais je suis inquiète pour mes enfants », regrette la septuagénaire.

Les électeurs sont appelés à se rendre aux urnes le 30 octobre pour élire un nouveau président.

Mme Otounbaïeva, présidente par intérim après la révolution du printemps 2010, qui a renversé son prédécesseur Kourmanbek Bakiev, a vu son mandat confirmé par référendum jusqu’en décembre 2011.

Mais elle ne peut pas se présenter à ce scrutin pour lequel 83 candidats ont été enregistrés.





Asie-centrale.com © 1er septembre 2011
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés.

Répondre à cet article




Asie centrale Russie.net, le Web franco-russe France-Belarus.com France-Ukraine.com France-CEI.com - Consortium France - Pays de la CEI - Pays baltes


Envoyer un Email Envoyer un Email
Contacter Russie.net, le Web franco-russe