Asie-centrale.com
Accueil > Kazakhstan > Turkestan - le mausolée-mosquée de Hodja Ahmad Yasawi



Turkestan - le mausolée-mosquée de Hodja Ahmad Yasawi

A 30km au sud-ouest de Kentaou, non loin de la ville de Turkestan, au milieu des sables se dresse le mausolée-mosquée de Hodja Ahmad Yasawi (1338-1404). Les coupoles bleues du mausolée du poète Türk et propagateur de l’islam reposent sur un édifice rectangulaire de brique jaune cuite.

Hodja Ahmad Yasawi, poète et maître soufi, vécut au Turkestan et mourut ici en 1146 ; son mausolée reste le seul vestige de l’ancienne cité. Tamerlan finança la construction en 1394. Et pourquoi donc ? En effet, il fit en sorte que son nom fût mentionné ici : « Ceci est un cadeau de Timour gratifiant la construction de ce mausolée ». Une belle opération de marketing !

Des mosaïques sculptées et des majoliques ornent les deux faces des murs. La construction d’une hauteur totale de 38m comporte 314 pièces de dimensions et de destination diverses : salles d’apparat, dépendances, cryptes. Les bains (XVe siècle) situés à proximité servent encore de nos jours.

Ce mausolée constituait un ensemble religieux autonome, avec 36 chambres réparties sur deux étages. La première pièce était une cuisine à haut plafond équipée d’immenses fours de briques, où mangeaient les pèlerins itinérants. La coupole du sépulcre de Yasawi représentait une innovation en Asie centrale ; cette technique fut utilisée par la suite pour le célèbre Gour Emir de Samarkand. On peut voir également la tombe de Yasawi.
Ouvert tous les jours, de 10 à 14h et de 15 à 19h. C’est un lieu de pèlerinage, toujours actif.

On peut y admirer l’immense vase en bronze coulé en 1399 par le maître-artisan persan .

En face de celui de Yasawi, un mausolée plus petit fut édifié au XVIe siècle à la mémoire de Rabiya Sultan Beghin, une nièce d’Oulough Beg (d’après d’autres sources, il s’agirait de la fille de Yasawi). Le mausolée actuel est une réplique. Un proche établissement de bains, également du XVIe siècle, a été transformé en musée.

Kentaou

Kentaou se trouve au pied des monts Karataou. On s’y rend en excursion en autocar depuis Tchimkent dont il est distant de 225km. Au passage, on s’arrêtera pour visiter les plantations de coton. Là encore, on pourra faire une randonnée à dos de chameau, d’âne ou à cheval.

Kentaou est une ville moderne fondée en 1955 en plein désert à proximité des gisements de plomb et de zinc. Les 70.000 habitants de cette ville en expansion rapide sont dans leur majorité des mineurs, des énergéticiens ou des constructeurs de machines. Le combinat de traitement de minerai polymétallique est la principale entreprise de la ville, mais on y fabrique aussi des excavatrices et des transformateurs.

Tchimkent

A 173km à l’ouest de Djamboul, Tchimkent s’étale au pied de la montagne, dans une oasis de l’Arys. Les massifs rocheux aux contours fantastiques sont truffés de grottes. La plus belle de toutes a été appelée « Perles de pierre ». L’entrée en est dissimulée par un rideau vaporeux constitué d’une multitude de filets d’eau qui suintent du plafond. Tchimkent compte parmi les villes qui sont apparues au XIIe siècle sur la « Route de la Soie ».





Asie-centrale.com © 2 janvier 2011
Tous droits de reproduction et de diffusion réservés.

Répondre à cet article




Asie centrale Russie.net, le Web franco-russe France-Belarus.com France-Ukraine.com France-CEI.com - Consortium France - Pays de la CEI - Pays baltes


Envoyer un Email Envoyer un Email
Contacter Russie.net, le Web franco-russe