Pauvreté et foresterie : le cas du Kirghizstan en comparaison avec d’autres pays d’Asie Centrale

, par  Asie-centrale.com , popularité : 21%

’Nous voulons offrir au Kirghizstan le soutien et les outils dont il a besoin pour planifier et piloter son propre développement en montagne. Nous souhaitons également renforcer les travaux en cours de la FAO en matière de pêche, d’agriculture, de foresterie et de développement durable sur les besoins des communautés montagnardes.’ (LSP)

Livelihood Support Programme (LSP) montre à partir d’une étude de cas du Kirghizstan comment l’accès aux forêts peut contribuer en Asie de l’ouest et du centre, à la réduction de la pauvreté, avec une approche ’moyens d’existence durables’.

Ce travail renforce celle l’étude prospective du secteur forestier de la FAO qui explore la dynamique des relations entre les sociétés et la nature et analyse plus particulièrement le rôle du secteur forestier dans le développement socioéconomique.

Le RAPPORT REGIONAL ASIATIQUE souligna les activités des réseaux de programmes thématiques sur la surveillance et l’évaluation des (TPN1) et sur la foresterie et la conservation des sols dans les zones arides, semi-arides et sub-humides (TPN2) et les conclusions de la troisième réunion régionale sur les points centraux de la CCD. Les conclusions incluaient la nécessité : d’accords de partenariat cohérents avec les agences des Nations Unies et autres partenaires, d’un soutien des organisations de base, des ONG et des organisations de base communautaire ; et d’une meilleure compréhension des caractéristiques des repères et indicateurs de la CCD.

Les délégués discutèrent ensuite de l’importance du partage des expertises, de la manière dont les efforts régionaux ont des répercussions sur les pays et dont la reconnaissance de l’Asie Centrale en tant que nouvelle sous-région touchera les travaux en cours. Les pays donateurs furent invités à soutenir les réseaux de programmes thématiques.

Le GTAH examina les rapports nationaux présentés par le Tadjikistan, l’Ouzbekistan, le Turkménistan, la Mongolie. Ces rapports soulignaient les résultats dans la mise en œuvre des PAN, les défis et contraintes et les solutions pour y remédier.

LE TADJIKISTAN souligna l’avancement de son PAN et déclara que tandis que la mise en œuvre du PAN avait été retardée, des mesures pour combattre la dégradation des sols, de gérer la salinisation des sols, et d’aborder l’érosion par l’eau, ont été prises.

Le TURKMENISTAN souligna ses activités comprenant l’établissement d’une commission d’Etat sur la mise en œuvre de la CCD, avec la représentation de la parties prenante ; de comités de coordination pour les autres conventions environnementales ; une compagnie de protection de la ceinture forestière autour des centres habités ; et d’un centre thématique régional pour lutter contre la désertification.

L’OUZBEKISTAN souligna les projets pilotes de niveau communautaire pour évaluer et développer des méthodologies pour combattre la désertification. Le représentant souligna que l’Ouzbekistan avait des capacités scientifiques et techniques nationales, mais manquait de ressources financières.

La MONGOLIE décrivit son plan d’action de 2005-2010 pour combattre la désertification, notant des mesures d’implication des parties prenantes, de décentralisation avancée et de réforme foncière, et de réalisation des synergies environnementales.

Le TURKMENISTAN nota qu’en dépit des efforts d’entamer des activités pour combattre la désertification, les réactions des donateurs n’étaient pas encourageantes.

R.J. Fisher, Kaspar Schmidt, Brieke Steenhof and Nurlan Akenshaev /FOOD AND AGRICULTURE ORGANIZATION OF THE UNITED NATIONS / Livelihood Support Programme (LSP)