Lutte contre les drogues au Turkménistan Vienne, le 3 mars 2004 (Service d’information des Nations Unies)

, par  Asie-centrale.com , popularité : 4%

La coopération active du Turkménistan, un pays qui dispose d’une frontière commune avec l’Afghanistan de plus de 700 kilomètres, est en effet essentielle au succès des efforts déployés sur le plan international en vue d’empêcher le trafic de drogues illicites en provenance d’Afghanistan, et l’introduction de précurseurs chimiques dans ce pays.

L’ORGANE DE CONTROLE DES STUPEFIANTS DE L’ONU PREOCCUPE PAR L’ABSENCE DE COLLABORATION DU TURKMENISTAN DANS LA LUTTE CONTRE LES DROGUES ILLICITES

(Adapté de l’anglais)

L’absence de coopération du Turkménistan avec la communauté internationale dans la lutte contre les drogues illicites a soulevé de vigoureuses critiques de la part de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) dans son rapport annuel publié aujourd’hui à Vienne.

Dans son rapport annuel de l’an passé, l’Organe de contrôle de l’ONU avait déjà appelé le Gouvernement du Turkménistan à améliorer ses processus de recueil de données et de signalement, et à partager les statistiques relatives aux drogues dont il dispose avec les organisations internationales. L’OICS est également préoccupé du fait que les autorités turkmènes n’ont rapporté aucune saisie d’opiacés ou de précurseurs chimiques depuis 2000, alors que d’importantes quantités avaient été saisies au cours des années précédentes.

Le Turkménistan est le seul pays voisin de l’Afghanistan à ne pas participer à l’Opération Topaze-une opération de surveillance lancée par l’OICS en 2001 qui vise notamment l’anhydride acétique, un important précurseur de l’héroïne. Le Turkménistan s’est aussi abstenu de participer à plusieurs activités de contrôle des drogues au niveau régional et sous-régional.

L’OICS exhorte donc le Turkménistan à joindre la communauté internationale dans la lutte contre les drogues, soulignant que ce pays ne devait pas devenir le maillon faible de la chaîne des efforts concertés en la matière.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter l’OICS, tel. : 00-43-1-26060-4163 ou contacter le Service d’information des Nations Unies à Vienne à la boîte postale 500, A-1400 Vienne, Autriche.

Le Service peut être joint au téléphone : (43-1) 26060 4666 ; par fax : (+43-1) 26060 5899.