Les Ambassadeurs de bonne volonté de l’UNESCO aide à l’Asie Centrale Le 28 février 2004 - Communiqué de presse

, par  Asie-centrale.com , popularité : 4%

Parmi les Ambassadeurs qui ont déjà choisi le Chef d’œuvre qu’ils souhaitent parrainer figurent : la mécène grecque Marianna Vardinoyannis défendra la musique Mugham d’Azerbaïdjan, pour sa part, un autre Ambassadeur, le Sheikh des Emirats, Ghassan I Shaker, a décidé de collaborer à des actions en faveur de deux expressions culturelles : l’Espace culturel du District Boysun (Ouzbekistan) et l’Epopée Al-Sirah al-Hilaliyya (Egypte). A cet effet, il a remis au Directeur général une contribution d’un montant de 100 000 dollars.

Les Ambassadeurs de bonne volonté vont parrainer les chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel :

- Le Mugam azéri est un genre musical extrêmement structuré qui se prête à un haut degré d’improvisation ou de « recomposition » lors de son exécution. Ayant essentiellement un caractère urbain, cet art de la société azérie se pratique en toutes sortes d’occasions et s’inspire de mélodies, de rythmes et de techniques instrumentales d’origine rurale.

- Boysun, qui compte actuellement 82 000 habitants, représente un des emplacements habités les plus anciens du monde. Parmi les traditions populaires, on trouve des chants rituels liés à des fêtes annuelles, des mélodies pastorales, des légendes épiques, et les danses nationales, souvent exécutées lors des fêtes rituelles. On y constate une interaction entre les traditions tadjik et ouzbek. Les chants reprennent des thèmes mythiques des épopées, certains se rapportant à des rituels spécifiques. Il y a des chants lyriques sur la nature, accompagnés par des instruments à vent ou à cordes.

Les Ambassadeurs de bonne volonté de l’UNESCO - des personnalités qui mettent leur talent et leur renommée internationale au service des idéaux de l’Organisation - ont décidé aujourd’hui, lors de leur réunion annuelle à Paris, de parrainer plusieurs des 47 Chefs-d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité.

Le programme des Chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité a pour objectif de sensibiliser l’opinion publique à la valeur de ce patrimoine et d’encourager les gouvernements à prendre des mesures juridiques et administratives pour sa sauvegarde.
Pour le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, « l’appui de ces personnalités pourra prendre des formes très diverses. Ils pourront ainsi participer à des événements visant à sensibiliser l’opinion publique à la nécessité de sauvegarder ces Chefs-d’œuvre ou bien prêter leur image à des campagnes en leur faveur ». L’action des Ambassadeurs devrait en outre permettre de récolter des fonds pour financer des plans de sauvegarde des chefs-d’œuvre et contribuera à inciter les gouvernements à ratifier la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée par la Conférence générale de l’UNESCO en octobre 2003.

Parmi les Ambassadeurs qui ont déjà choisi le Chef d’œuvre qu’ils souhaitent parrainer figurent : la mécène grecque Marianna Vardinoyannis défendra la musique Mugham d’Azerbaïdjan, pour sa part, un autre Ambassadeur, le Sheikh des Emirats, Ghassan I Shaker, a décidé de collaborer à des actions en faveur de deux expressions culturelles : l’Espace culturel du District Boysun (Ouzbekistan) et l’Epopée Al-Sirah al-Hilaliyya (Egypte). A cet effet, il a remis au Directeur général une contribution d’un montant de 100 000 dollars.

Ce programme de parrainage devrait s’élargir au fur et à mesure que s’y associeront d’autres Ambassadeurs ou que seront proclamés de nouveaux Chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel.