Le projet du gouvernement kirghize en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE)

, par  Asie-centrale.com , popularité : 4%

Une centaine de Kirghizes ont manifesté à Bichkek contre le projet du gouvernement de rejoindre l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) de la Banque mondiale, lançant des oeufs sur la représentation au Kirghizstan de cette institution.

« Il s’agit de faire entendre à la direction des institutions financières internationales quelle opinion la population locale a de leur initiative pour supprimer la dette du Kirghizstan », a déclaré l’une des organisatrices du rassemblement.

La semaine dernière, le Premier ministre kirghize Felix Koulov avait estimé que son pays était en « banqueroute » en raison d’une dette extérieure de deux milliards de dollars, soit presque l’équivalent du Produit intérieur brut kirghize.

Le chef de la diplomatie Alikbek Djekchenkoulov a pour sa part déclaré que son ministère était « contre l’entrée du Kirghizstan dans les PPTE » car « nos partenaires ne nous considéreront plus comme un partenaire autonome et de confiance ».

Si le Kirghizstan, une ancienne république soviétique d’Asie centrale, rejoignait l’initiative pour les PPTE, Bichkek bénéficierait d’un allègement de près de moitié de sa dette en échange de l’application de mesures recommandées par le Fond monétaire international et la Banque mondiale.

Les opposants à ce programme craignent que dès lors la politique économique du pays ne soit plus définie librement par le gouvernement.
Le président Kourmanbek Bakiev avait indiqué lundi que Bichkek ne rejoindrait l’initiative « que si les conditions étaient acceptables ».
29 pays, dont 25 Etats africains, ont déjà bénéficié de 35 milliards de dollars d’allègements de dettes dans le cadre de l’initiative créée en 1996.