Le président turkmène en visite à Moscou

, par  Asie-centrale.com , popularité : 21%

M. Berdymoukhammedov, dont le pays, une ex-république soviétique d’Asie centrale, entretient des liens énergétiques étroits avec la Russie, a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine.

Le nouveau chef de l’Etat turkmène, Gourbangouly Berdymoukhammedov, est arrivé lundi à Moscou pour une visite de travail de deux jours visant à renforcer la coopération économique et énergétique entre les deux pays.

C’est d’énergie et plus précisément des exportations de gaz turkmènes en Russie que le président russe lui a parlé devant les journalistes, rappelant que la Russie vient de mettre en fonctionnement « un nouvel embranchement de gazoduc le long de la mer Caspienne ».
« Il y a des possibilités d’élargissement de nos activités dans ce domaine », a ajouté le président russe.

Cette visite vise à « assurer le renforcement du dialogue politique » et à « développer la coopération économique et commerciale » entre les deux pays, a souligné le Kremlin dans un communiqué publié avant l’arrivé de son hôte.

M. Berdymoukhammedov a succédé à Saparmourat Niazov, mort en décembre 2006, qui s’était décrété président à vie et avait instauré un culte délirant de la personnalité.

Le Turkménistan dispose de réserves de gaz prouvées d’environ 2.100 milliards de m3 qui suscitent beaucoup de convoitises, mais reste très dépendant de la Russie, car la plupart des gazoducs sortant du pays sont contrôlés par le géant russe Gazprom.

Washington encourage le Turkménistan à mettre fin à la dépendance de ses exportations de gaz vis-à-vis de la Russie et à développer un nouveau gazoduc passant par l’Azerbaïdjan et la Turquie.

Moscou insiste de son côté sur le respect d’un accord russo-turkmène sur la coopération dans le secteur du gaz, conclu en 2003 pour 25 ans.
La Russie est le plus grand exportateur de gaz dans le monde, mais elle-même dépend des importations de gaz bon marché d’Asie centrale, principalement du Turkménistan, qu’elle utilise pour les besoins internes du pays, et qui lui permettent d’augmenter le volume de ses exportations vers l’Europe.

Le Turkménistan a exporté l’année dernière 41 milliards de m3 de gaz vers la Russie, selon le Kremlin.
Les échanges entre les deux pays ont atteint 307,5 millions de dollars en 2006.

La Russie souhaite par ailleurs le retour du Turkménistan au sein de la Communauté des Etats indépendants (CEI) qui regroupe des anciennes républiques de l’URSS, estime le quotidien russe Vremia Novosteï. Le Turkménistan n’est actuellement qu’un membre associé de la CEI.
Il s’agit de la deuxième visite de M. Berdymoukhammedov à l’étranger depuis son arrivée au pouvoir en février. Le président turkmène s’était rendu à la mi-avril en Arabie saoudite.