Le groupe ’Yengi Yol’ : de Séville à Boukhara, le flamenco oriental des ouzbeks Yengi Yol Le jeudi 17 juillet 2003

, par  Asie-centrale.com , popularité : 4%

Le groupe est le fruit d’une rencontre provoquée par un jeune Strasbourgeois, Emmanuel Hoseyn During. Baigné depuis sa tendre enfance dans un univers musical grâce à un père ethnomusicologue, Emmanuel Hoseyn During a voulu conjuguer sa passion pour le flamenco avec les musiques de l’Asie centrale.

Yengi Yol signifie « Nouvelles Voies » mais c’est également une « voix » : celle de Delfuza Ibrahimova. Cette chanteuse à la voix claire et vigoureuse s’est spécialisée dans le répertoire traditionnel après avoir pratiqué tous les genres classiques.
Vient ensuite Gozal Muminova qui pratique le dutôr et le rabâb (luth à long manche à deux cordes en soie et petite caisse sphérique dont la table de résonance est en parchemin). Enseignante à l’école supérieur de musique de Tashkent, cette dernière s’est également distinguée en remportant le prix du dutôr au concours de Maqâm d’Ouzbékistan en 1999.
Ce concours s’est d’ailleurs vu récompenser la même année le jeune Rostan Tagaykuloy, autre membre du groupe Yengi Yol, au titre de meilleur percussionniste.
Jamâleddin Avezon quant à lui, vient enrichir le groupe au son d’un violon, d’un ghijak (vielle) ou encore d’un Dâyra (lourd tambour sur cadre frappé avec les doigts des deux mains). Il poursuit, dans un même temps, ses études de musique traditionnelle au conservatoire supérieur de Tashkent.

COUR DE L’ARCHEVECHE
13200 ARLES

Le 17/07/2003 :

- de 19:30 à 22:30
- le jeudi.
- Tarifs : Tout public : 8 €.