La musique azérie Samedi 18 novembre à 17h

, par  Asie-centrale.com , popularité : 32%

La magie du târ et de la vièle kamantché joués par le duo azerbaïdjanais ouvrait sur un flamboyant essor de la voix du chanteur.

La musique Azerbaïdjanaise :

- Elshan Mansurov kamantché
- Malik Mansurov târ
- Sevindj Sarieva chant
- Rovshan Mammadov chant

De nouvelles et bienheureuses saveurs du mugham d‘Azerbaïdjan nous attendent lors de ce concert.
Saveurs fort ancrées : nous y retrouverons d’abord de vieilles connaissances, les frères Elshan et Malik Mansurov qui durant des années ont accompagné Alim Qasimov, notamment lors de ses passages au Théâtre de la Ville.

Si le chant haut et tendu du mugham traditionnel peut fleurir, il requiert en effet un terreau fertile : d’abord, une attentive finesse des musiciens, que l’on retrouvera lors de ce programme avec le jeu hors pair des deux frères, mûri par de longues années de concerts en commun ; mais bien aussi en amont, l’attachement à la terre nourricière azérie, à la singulière originalité au carrefour de multiples métissages, iraniens et turcs notamment.

La tradition savante du mugham y a mûri lentement, s’y est ciselé peu à peu un caractère propre que le renouveau du xixe siècle a stimulé.

Imbibé de ce cadre fécond, le chant singulier de Sevindj Sarieva et de Rovshan Mammadov peut donc dès lors s’épanouir. Celui de Sevindj a germé dans l’écrin privilégié de Karabakh, ville berceau de la musique azérie dont elle est originaire et où, depuis ses débuts parmi les Rossignols locaux, elle n’a de cesse de se confronter au public lors des fameuses fêtes de mariages toy. Quant à Rovshan, s’il chante aussi depuis son enfance, il a très vite développé une carrière internationale qui ne fait que reconnaître ses talents vocaux majeurs... à découvrir sans tarder.

COMMENT RESERVER ?

Par téléphone, au 01 42 74 22 77 du lundi au samedi de 11h à 19h (paiement possible par carte bancaire).

Le Théâtre de la ville
LES ABBESSES
31 rue des Abbesses
Paris 18