Kunya-Urgench située dans le nord-ouest du Turkménistan, est classée ! Le 18 juillet 2005 / Durban (Afrique du Sud) / Communiqué de l’UNESCO

, par  Asie-centrale.com , popularité : 36%

La Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO compte désormais un total de 812 sites, dont 628 sites culturels, 160 sites naturels et 24 sites mixtes, dans 137 Etats parties. Avec les inscriptions d’aujourd’hui, trois pays font leur entrée dans la Liste du patrimoine : Bahreïn, Turkménistan et Iran.

La 29e session du Comité du patrimoine mondial - qui compte 21 membres - se tient à Durban depuis le 10 juillet. Jeudi, le Comité a ajouté sept nouveaux sites naturels à la Liste du patrimoine mondial, ce qui porte à 160 le nombre total de sites naturels. Mercredi, il avait retiré trois sites de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Comité du patrimoine mondial, présidé par le Sud-africain Themba Wakashe, Directeur général adjoint pour le Patrimoine et les Archives nationales, a inscrit aujourd’hui 17 sites culturels sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les sites centrasiatiques inscrits aujourd’hui sur la Liste sont :

- Bahreïn - Site archéologique de Qalaat al-Bahrein. Qalaat al-Bahrein est un tell typique, c’est-à-dire une colline artificielle créée par plusieurs strates successives d’occupation humaine. La stratigraphie du tell de 300 mètres sur 600 atteste d’une présence humaine constante depuis environ 2300 avant J.-C. jusqu’au XVIe siècle de notre ère. Près d’un quart du site a déjà fait l’objet de fouilles, qui ont révélé des structures de types divers : résidentiel, public, commercial, religieux et militaire. Elles témoignent de l’importance du lieu, un port marchand, à travers les siècles. Au sommet de la colline de 12 mètres de hauteur se trouve un impressionnant fort portugais qui a donné son nom à l’ensemble du site (qal’a signifie fort). Le site est l’ancienne capitale de Dilmun, l’une des plus importantes civilisations antiques de la région. Il contient les plus riches vestiges répertoriés de cette civilisation, dont on n’avait auparavant connaissance qu’à travers les écrits sumériens.

- Iran - Soltaniyeh. Le mausolée d’Oljeitu fut construit entre 1302 et 1312 dans la ville de Soltaniyeh, capitale des tribus mongoles Ilkhanides. Située dans la province de Zanjan, à quelque 240 km de Téhéran dans le nord-ouest de l’Iran, Soltaniyeh est l’un des exemples les plus saisissants de réalisations architecturales perses et un monument clé dans le développement de l’architecture islamique. Cet édifice de forme octogonale est surmonté d’une coupole majestueuse d’une hauteur de 50 mètres, recouverte de carreaux de faïence turquoise et entourée de huit minarets à la silhouette élancée. Cette structure constitue le plus ancien exemple existant de coupole double en Iran. La décoration de l’intérieur du mausolée est également admirable et des spécialistes tels qu’A.U. Pope ont qualifié ce bâtiment de “précurseur du Taj Mahal.”

- Turkménistan - Kunya-Urgench. Kunya-Urgench est située dans le nord-ouest du Turkménistan, sur la rive Sud de l’Amou Daria. Urgench était la capitale de la région du Khorezm, qui appartenait à l’empire achéménide. La vieille ville inclut une série de monuments datant essentiellement du XIe au XVIe siècles. Ces constructions, qui comprennent une mosquée, les portes d’un caravansérail, des forteresses, des mausolées et un minaret, témoignent des fabuleuses réalisations architecturales et artistiques dont le rayonnement est parvenu jusqu’en Iran et en Afghanistan, et qui plus tard ont influencé l’architecture de l’empire moghol dans l’Inde du XVIe siècle.

Pour plus d’information