Intervention de V.V.Poutine, Président de la Russie en Asie, Kazakstan /Alma-Ata

, par  Asie-centrale.com , popularité : 17%

Intervention de V.V.Poutine, Président de la Russie, à la session plénière de la rencontre des chefs d’états et des gouvernements des pays participants à la séance consacrée à la coopération et aux mesures de confiance en Asie, le 4 juin 2002, Alma-Ata.

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Je tiens, en tout premier lieu, à remercier cordialement Noursoultan Abichévitch Nazarbayev, Président du Kazakhstan, notre hôte, pour l’organisation de cette rencontre. Elle a eu lieu pour beaucoup grâce à son initiative et son énergie, grâce au prestige accru du Kazakhstan.

Notre séance est un événement unique. Pour la première fois dans l’histoire, les dirigeants de 16 pays de différentes régions du continent asiatique se sont réunis pour discuter les problèmes du renforcement de la sécurité et de la stabilité dans la région.

Je suis persuadé que nous sommes tous amenés à Alma-Ata par le désir de garantir la paix, la stabilité, de discuter les mécanismes qui contribueraient au règlement de vieux conflits et en préviendraient l’apparition de nouveaux.

A parler franchement, aujourd’hui, il y a beaucoup de menaces dans la région asiatique. Dont le terrorisme, la croissance de l’esprit extrémiste, la prolifération des armes d’extermination massive, la criminalité multinationale et le trafic de drogue.

Il n’y a pas longtemps, la Russie a exprimé sa préoccupation à ce propos. Et, avant tout, à propos du terrorisme international qui - et il est d’une importance de principe de le souligner - n’a rien à voir ni avec une religion concrète, ni avec la nationalité, ni avec le territoire.

Après la tragédie du 11 septembre, la communauté internationale a fait son choix ferme en faveur de l’union des efforts dans la lutte contre ce fléau. Je crois que ce choix n’avait aucune alternative.

La Russie ensemble avec ses partenaires du Traité sur la sécurité collective, de la Communauté économique eurasiatique et de l’Organisation de la coopération de Shanghai, vise l’application des mesures concrètes pour le développement de l’intégration sur l’espace asiatique. Nous développons de manière consécutive la coopération multilatérale dans les domaines de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. Nous collaborons activement dans les sphères socio-économique et humanitaire.

Dans quelques jours à Saint-Pétersbourg aura lieu le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai. Il examinera plusieurs problèmes organisationnels de principe, définira les pistes du travail pratique dans les sphères de la sécurité et du développement économique. Je veux alors souligner : l’Organisation de coopération de Shanghai est ouverte à une coopération constructive avec d’autres groupements internationaux aussi bien qu’avec les états isolés.
Le devenir de certaines structures régionales prometteuses s’effectue aujourd’hui en Asie. La Russie soutient les efforts visant l’augmentation du rôle du Forum régional de l’ASEAN, ensemble avec les pays membres de l’ASEAN poursuit le travail à la Déclaration « Accord du Pacifique » - un genre du Code de la conduite des états en Asie-Pacifique.Entre temps, la situation sur le continent asiatique provoque toujours une préoccupation : le Proche-Orient flambe, les explosions se font entendre presque tous les jours, la population civile souffre.

On ne peut rester sans être profondément préoccupé par la situation explosive dans les rapports entre l’Inde et le Pakistan. Car cela déstabilise sérieusement la situation dans tout le subcontinent sud-asiatique. Je suis persuadé que nous, dirigeants des états compétents de la région, avons besoin de déployer tous les efforts pour faire ensemble un apport au règlement de ces problèmes. La neutralisation du foyer du terrorisme international en Afghanistan a diminué de manière substantielle la menaces à la sécurité de la région centrasiatique.
Permettez-moi à cet égard de saluer parmi nous Monsieur Kharzai, chef de l’administration provisoire de l’Afghanistan, qui effectue un travail de grande responsabilité, très important et très compliqué de la reconstruction de sa patrie. Cependant, le développement ultérieur de la situation en Asie Centrale dépendra pour beaucoup de la manière de l’avancement du processus de la construction politique en Afghanistan.

Entre temps, la situation au sud et au sud-est du pays, où la coalition antiterroriste est obligée de poursuivre les hostilités contre les extrémistes, provoque pour le moment l’inquiétude. Nous espérons que la Loya Jirga deviendra un garant réel du rétablissement dans le pays du pouvoir légitime et efficace, pourra réunir les conditions pour l’édification du système politique stable et de la stabilité sociale en Afghanistan.
La Russie, comme je l’ai déjà déclaré au cours de la visite du chef de l’administration provisoire de l’Afghanistan monsieur Kharzai à Moscou, a l’intention de poursuivre son apport pratique dans la mesure où cela sera demandé, aux efforts conjoints de la communauté internationale visant l’assistance de la renaissance socio-économique de l’Afghanistan.

Chers collègues,
Notre sommet peut faire une contribution de poids à la mobilisation des efforts de la résolution des problèmes, à la création du climat de confiance et du respect des intérêts réciproques, à la constitution de l’espace unique de la sécurité sur le continent asiatique.
Il faut poursuivre la lutte active contre la menace terroriste en utilisant dans le même temps tout le potentiel de moyens contenus dans les Statuts de l’Organisation des Nations Unies et dans le droit international. Je suis persuadé, nos efforts conjoints sont indispensables pour le succès de la lutte contre ce fléau global.

Aujourd’hui, en parlant de nouvelles menaces globales, il ne faut pas oublier non plus leurs racines. Elles sont engendrées, entre autres, par la pauvreté et le retard, par l’écart croissant entre les pays développés et en voie de développement.

Nous croyons que la solution de beaucoup de ces problèmes relève du domaine de la coopération économique. Nous avons besoin des règlements de commerce unis correspondants aux normes appropriées de l’O.M.C., du perfectionnement de la sphère sociale, de la mise au point de l’infrastructure développée de transport, de la structure énergétique et de communication. Il est indispensable d’utiliser rationnellement les ressources fluviales des rivières transfrontalières, d’améliorer la protection de l’environnement et la régulation des flux de migrants.

L’Acte d’Alma-Ata et la Déclaration sur l’élimination du terrorisme et l’assistance au dialogue entre les civilisations, préparés à l’adoption à ce sommet, sont les documents de base déterminant les pistes de nos efforts pour la formation de l’image nouvelle de l’Asie. Et là réside le gage du succès de notre Séance.

Chers collègues,
La séance sur la coopération et les mesures de confiance en Asie aidera, incontestablement, à comparer les positions, à formuler l’idéologie des actions conjointes. Dans le même temps, un grand travail pratique dur et compliqué doit s’effectuer sur plusieurs canaux - de la coopération bilatérale des états jusqu’aux larges projets régionaux conjoints. La Russie est prête au travail conjoint avec d’autres participants à la séance pour que la coopération panasiatique devienne réalité absolue.
Merci pour votre attention.