CEI - Russie - Asie Centrale Kazakhstan, le 30 mai 2002

, par  Asie-centrale.com , popularité : 4%

Sténogramme de l’intervention d’I.S.Ivanov, Ministre des affaires étrangères de la Russie, à la conférence de presse, consacrée aux résultats de la séance du Conseil des ministres des affaires étrangères de la CEI à Moscou compte tenu des recommandations du sommet de la CEI à Alma-Ata / Kazakhstan.

I.S.Ivanov :

- L’ordre du jour de la séance d’aujourd’hui du Conseil des ministres des affaires étrangères de la CEI a été formé, compte tenu des recommandations du sommet de la CEI à Alma-Ata d’activer la coopération dans des domaines clé, comme la coopération économique, le renforcement de la sécurité de nos états face au terrorisme et à l’extrémisme internationaux. A mos avis, nous avons travaillé efficacement et sommes arrivés à des solutions nécessaires sur tous les problèmes.
Un échange de vues franc a eu lieu sur les nouvelles tendances du développement de la situation internationale dans le contexte des défis et des menaces globaux. La conversation à ce sujet avait été ouverte par nos Présidents à Moscou en novembre et poursuivie au cours de la rencontre informelle des dirigeants de nos états à Alma-Ata, au mois de mars dernier. Aujourd’hui, je peux de nouveau constater avec une profonde satisfaction que les appréciations et les approches de nos états sur les problèmes de principe coïncident. Nous partons toujours du fait que les dangers essentiels pour les pays de la CEI et de toute l’humanité à l’étape actuelle sont liées au terrorisme international, à la menace de la prolifération des armes d’extermination massive, à la criminalité organisée, à la migration illégale, au trafic de drogue. C’est uniquement en réunissant les efforts qu’on peut efficacement faire face à ses défis.
J’ai informé mes collègues des résultats des négociations russo-américaines au sommet, qui avaient eu lieu à Moscou, ainsi que de la création du Conseil Russie-OTAN et des résultats de la rencontre Russie-UE. Les Ministres des affaires étrangères de la CEI se sont félicités de ces décisions.
Je crois que la discussion d’aujourd’hui a renforcé les prémisses pour l’application par les états-membres de la CEI de la ligne consolidée sur les problèmes modernes importantissimes, de la solution desquels dépend directement le caractère de l’ordre international nouveau qui est en train de se constituer. Nous avons examiné et adopté les projets d’une série de documents qui sont appelés à accroître le potentiel antiterroriste et anticriminel de la Communauté des Etats Indépendants, dont la Disposition sur l’ordre de l’organisation et de la tenue des actions antiterroristes sur les territoires des états-membres de la CEI et le Protocole correspondant, le Programme de la lutte contre le trafic de drogue, l’Accord sur la défense des parties des procès criminels et autres. Les problèmes de la coopération entre nos états dans le domaine de la santé publique et de la couverture sociale, de la coopération humanitaire ont occupé une place importante au cours de la discussion. Ainsi, les ministres ont soutenu le projet du programme interétatique des mesures immédiates visant l’opposition à l’épidémie du VIH-SIDA, qui prévoit les efforts des états-participants au niveau national aussi bien que le recours à l’aide internationale, avant tout, sous l’égide de l’ONU.
Les propositions de la Moldavie concernant le développement du concept de la formation de l’espace informationnel de la CEI, approuvé par le Conseil des chefs des gouvernements en octobre 1996 déjà, ont reçu une évaluation positive. Je ne doute pas que les hommes de la science et de l’éducation de nos pays, de larges milieux publics saluent les pas faits aujourd’hui au CMAE dans le cadre de la mise en pratique de la décision de principe du Conseil des chefs des gouvernements sur l’attribution à l’Université d’Etat de Moscou du statut de l’organisation de base des états-participants de la CEI pour la formation des spécialistes dans le domaine des sciences fondamentales et naturelles. Les ministres ont positivement apprécié le travail des observateurs de la CEI aux élections parlementaires en Ukraine. Le projet de la décision appropriée est soumis à l’examen des dirigeants de nos pays. L’aspiration à poursuivre la coopération multilatérale dans le domaine du renforcement des institutions démocratiques est fixée dans le projet de la Convention sur les normes des élections démocratiques, les droits et libertés de vote, élaboré par l’Assemblée interparlementaire de la CEI. Nous considérons que c’est un document très important qui sera soumis également à l’examen de nos chefs d’état. Naturellement, nous n’avons pas été sans aborder les problèmes liés à l’opération pacificatrice dans la zone du conflit abkhaso-géorgien qui, malheureusement, demeure non réglé. A cet égard, nous avons pris la décision de poursuivre le travail de préparation de conclusions et propositions concernant le sens des problèmes exposés dans les décisions du Conseil des chefs d’état, et d’élaborer, avant le 30 juin courant, un projet de la décision du Conseil des chefs d’états de la CEI sur le prolongement ou l’arrêt de l’opération de la CEI dans la zone du conflit abkhaso-géorgien. Je voudrais noter que, conformément aux décisions du Conseil des chefs d’états de la CEI, le travail aux propositions sur la correction éventuelle du mandat des forces de la CEI pour le maintien de la paix continue.
En dressant le bilan, on peut dire que la séance du CMAE d’aujourd’hui a été réussie et fructueuse. On peut la considérer comme un bon départ du processus de la préparation au sommet suivant de la CEI, dont la tenue est prévue pour le 7 octobre 2002 à Kichinev.

- Question : Igor Serguéiévitch, quelle importance est attachée au sommet du Conseil sur la coopération et les mesures de confiance en Asie, qui se tiendra à Alma-Ata sous l’aspect du problème du règlement du conflit indo-pakistanais ?

- I.S.Ivanov : Dans le cadre du sommet, il est prévu de tenir les rencontres de V.V.Poutine, Président de la Russie, avec A.B.Vajpai, Premier ministre de l’Inde, et P.Musharraf, Président du Pakistan, au cours desquelles l’attention principale sera prêtée au problème de l’état actuel des relations entre l’Inde et le Pakistan dans le but de lever la tension existant entre ces deux pays. Il est très important que l’initiative de V.V.Poutine, Président de la Russie, a reçu un large soutien international. La tâche de la Russie et de toute la communauté internationale à cet égard consiste à ne pas admettre la transformation de la tension d’aujourd’hui en un conflit armé, à verser le règlement de ce problème compliqué dans le lit politique.

- Question : La Russie, qu’attend-elle de la visite de G.A.Aliev, Président de l’Azerbaïdjan, à Saint-Pétersbourg ?

- Ivanov : Nous sommes satisfaits de la formation de nos relations à présent. Il est naturel que les conversations franches, de confiance entre nos Présidents aient une importance particulière, et chaque rencontre est importante pour le développement des relations bilatérales et la discussion des problèmes régionales.