2006 - 2007 Année de l’Arménie en France ’L’alphabet arménien’

, par  Asie-centrale.com , popularité : 36%

L’alphabet arménien, inventé par le moine Mesrop Machtots à l’orée du Ve siècle, demeure encore aujourd’hui un symbole national que l’on porte sur soi, gravé sur des bijoux.

Chaque année, à l’occasion de la Fête des Saints-Traducteurs, les enfants se réunissent au pied de la statue du Saint Moine qui trône devant l’entrée du Maténadaran, l’Institut de recherches sur les manuscrits anciens. L’Année de l’Arménie en France propose de découvrir quelques unes des splendeurs qu’a inspirées l’alphabet arménien : l’exposition de la Vieille Charité (Marseille) placée sous l’autorité scientifique de l’historien médiéviste Claude Mutafian et de Jean-Pierre Mahé, « Arménie, la magie de l’écrit », rassemble ainsi des manuscrits richement enluminés mais également des céramiques, des textiles, des tissus liturgiques ou des tapis comportant des inscriptions en grabar (ancienne langue arménienne). A travers l’exposition intitulée « Livre arménien : cinq siècles de trésors », la Bibliothèque nationale de France (BnF) dévoile quant à elle ses collections arméniennes, parmi les plus importantes d’Europe et peu connues du grand public.

La présence de quelques spécimens uniques de l’art du livre arménien au sein de la BnF témoigne des relations anciennes qui unissent la France et l’Arménie : l’Hexagone abrite actuellement la plus importante et la plus active des communautés arméniennes d’Europe occidentale, que présentera en partie l’exposition « Arménie des diasporas en Europe et en Méditerranée » à Marseille.

L’Année de l’Arménie revient sur ces liens historiques, notamment dans le cadre de d’une cérémonie consacrée à Léon V de Lusignan, dernier roi d’Arménie mort en France en 1375, dont la Basilique de Saint-Denis abrite le cénotaphe, mais aussi à travers l’exposition du Musée de Montmartre consacrée au mouvement arménophile. Le public français pourra également découvrir l’étonnant et inédit fonds photographique réuni par l’abbé Bretocq, chanoine voyageur parti sur les traces des croisés entre 1918 et 1922 pour en ramener une série de clichés sur les sites de Mersine, Adana, etc., qui sont autant de traces argentiques du royaume disparu de Cilicie. Par ailleurs, l’Année de l’Arménie rend hommage à l’extraordinaire figure de Missak Manouchian, héros de la Résistance, lors d’une commémoration solennelle au mont Valérien, et au rôle qu’on joué les Arméniens pendant l’Occupation, évoqué au cours d’une exposition du Mémorial du Maréchal Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris. Plusieurs centaines d’enfants apprenant le français en Arménie feront aussi le voyage jusqu’en France dans le cadre de l’opération "1000 Ambassadeurs pour l’Arménie", qui vise à resserrer les liens d’amitié entre les deux peuples pour les générations à venir. Ces manifestations culturelles seront complétées par d’autres rencontres à caractère politique, économique ou touristique, telles que le voyage de découverte de Erevan et de ses environs organisé par Air Partner pour une centaine de journalistes et de tour-opérateurs français, une conférence des villes jumelées françaises et arméniennes au Sénat, un colloque sur l’Arménie et les nouvelles technologies qui se tiendra à Issy-les-Moulineaux ou encore la participation de l’Arménie au Salon de l’Agriculture. "Arménie, mon amie" entend aussi parcourir la création arménienne contemporaine, dont la vitalité s’exprime tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses frontières dans la grande diaspora.

Outre l’hommage rendu à Issy-les-Moulineaux à l’un des plus grands peintres arméniens du XXe siècle Martiros Sarian, le Centre Pompidou rend hommage à l’oeuvre méconnue (en France) du fondateur de l’expressionnisme abstrait américain, Arshile Gorky (1904-1948). Tandis que le Musée du Louvre invite Sarkis a dialoguer par le biais d’une installation vidéo avec les quatre oeuvres qui ont le plus compté dans sa vie d’artiste (des toiles de Uccello, Grünewald, Munch et Beuys), le Petit Palais propose une magnifique découverte des peintres arméniens des XIXe et XXe siècle. Le centre d’art contemporain de Quimper, l’association Apollonia de Strasbourg et le Musée d’art moderne de Saint-Etienne abordent, eux, l’oeuvre en cours de plasticiens, photographes et vidéastes inspirés exclusivement par la situation arménienne d’aujourd’hui. Pour la jeune génération, la figure tutélaire reste Sergueï Paradjanov, artiste total, plasticien et cinéaste qui a marqué en une poignée de films fulgurants l’histoire du 7e art, mis à l’honneur à l’Ecole nationale des Beaux-Arts comme dans plusieurs cycles de films. D’autres programmations révèlent la richesse d’un cinéma arménien à la fois caucasien, soviétique et diasporique, à travers la projection de films de Robert Guédiguian, Henri Verneuil..., ou encore les rétrospectives que la Cinémathèque française et le Centre Pompidou consacrent respectivement à Rouben Mamoulian et Atom Egoyan.

Durant cette année, on peut également découvrir la musique classique et traditionnelle arménienne, discipline artistique reine, en écoutant les concerts donnés par les Maîtres de musique d’Arménie, l’Orchestre philharmonique de Erevan, l’Orchestre national de chambre d’Arménie, ou encore quelques jeunes prodiges actuels comme le violoniste Sergueï Khatchatrian ou le pianiste Vahan Mardirossian. Le jazz arménien brille lui aussi par l’originalité de ses inspirations, comme en témoigne le travail du pianiste Tigran Hamasyan, ou de Claude Tchamitchian avec l’orchestre Lousadzak depuis le milieu des années 1990. Les sonorités et mélodies arméniennes résonneront également pendant la Fête de la musique. En septembre, un grand concert de clôture devant le temple hélennistique de Garni en Arménie, pourrait avoir lieu.

Pour conclure ce rapide tour d’horizon, l’Année de l’Arménie propose également une plongée dans la littérature arménienne - avec une actualité éditoriale, notamment la publication d’une anthologie bilingue de la poésie arménienne contemporaine, l’oeuvre de dramaturges tels que Jean-Jacques Varoujean, mais également une série de tables rondes, rencontres, colloques avec les spécialistes arméniens et français (Jean-Pierre Mahé, Claire Mouradian, Claude Mutafian, Gérard Dedeyan, Raymond Kervokian, Patrick Donabédian...) permettant de mieux situer les enjeux passés, présents et futurs de l’Arménie.